Une annotation mystérieuse

19/07/2018

Dans les manuscrits et livres anciens on trouve souvent des inscriptions qui suscitent la curiosité. Le manuscrit Paris, BnF, lat. 16239 porte sur le feuillet 173 un message apparemment crypté : des lettres latines se mélangent avec d’autres signes, tels que le et tironien, pour former une phrase à quatre ou cinq mots.

Ce manuscrit, copié en Italie au 15e siècle, contient les tragédies de Sénèque. Est-ce que l’annotation serait liée au contenu du livre ? Est-ce que c’est un message secret de la part d’un ancien lecteur, ou bien un ex-libris "caché" ? Le mystère reste à résoudre…

Publié par S. Myking

Bibale et la collection de Richelieu

12/06/2018

Le cardinal de Richelieu, bibliophile passionné, a xxpossédé des centaines de livres en plusieurs langues : non seulement en latin et français, mais aussi en grec, italien, espagnol, hébraïque, arabe… La collection a été dispersée après la mort du cardinal ; pourtant, une grande partie des livres ont été transmis à la Sorbonne, où ils ont été confisqués pendant les années 1790 et incorporés dans la Bibliothèque nationale (jadis la Bibliothèque royale). Ces livres sont normalement estampillés avec les cachets de la Sorbonne et de la Bibliothèque Nationale, qui se trouvent souvent, mais pas toujours, sur les mêmes feuillets.

En enregistrant les manuscrits de Richelieu dans Bibale, nous avons la possibilité d'étudier le destin des livres après la mort du cardinal, mais aussi, dans certains cas, les trajectoires qu’ils ont suivies avant d’entrer dans sa collection. Par exemple, des ex-libris montrent que plusieurs livres ayant appartenu à la famille noble de Croÿ ont été acquis par le cardinal ; ceci est arrivé après 1614, quand ont été inventoriés les livres de Charles III de Croÿ, mort en 1612.

Publié par IRHT

Présentation de Bibale

10/06/2018

Le Groupe projet Fédération des données nationales de provenances propose 2 journées de présentation de Bibale, et de formation à la recherche et à la saisie.

Ce sera les 21 et 26 juin.

Il reste encore quelques places pour le 26.

Publié par Institut de France